Saga : Les enfants de la lune

Le forum officiel sur la saga les enfants de la lune.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

The Ripper of Cornwall (En pause)

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Luna Wolf

Luna Wolf
Auteur un peu folle sur les bord lol
Auteur un peu folle sur les bord lol


I

Je m'appelle Catherine Jordi, je viens tout juste d'avoir 22 ans.
Pour changer de vie j'avais décidé d'emménager à Altarnun, un petit village de Cornouailles
Aujourd'hui grâce à l'argent que j'ai économisé, j'ai pu réaliser mon rêve en ouvrant une librairie. On peut dire que j'ai effectué un changement radical dans ma vie professionnel, quand je vivais encore à Pau, je travaillais dans le domaine du nettoyage pour les incultes je n'étais qu'une "femme de ménage".
Je n'ai vraiment pas le temps pour l’amour. Je préfère me consacrer à la gérance de ma librairie qui demande déjà beaucoup de travail. En quittant la France j'avais dû dire au revoir à ma famille, ainsi qu'à mes amis.
Je partie chercher mes parents en voiture jusqu'au port. Ils devaient passer quelques jours dans la région
Le problème dans cette région c'est que les routes sont très étroites.
Alors que je roulais tranquillement, une Volvo c70 cabriolet qui arriva en face de moi, si je n'avais pas fait un léger écart pour l'éviter, j'aurais probablement finie dans le ravin.
Mais quel cinglé celui-là! D'un geste brusque j'appuie sur la pédale de frein ce qui fit stopper la voiture dans un crissement de pneu. Quelques mètres plus loin, la Volvo s'était arrêtée sur le bas-côté de la route.
Je descendis de voiture avec un certain énervement.
Calme-toi Catherine! Après tout, il a peut-être pas fait exprès.
Je le vis descendre du cabriolet, un homme brun, grand, élégant et plutôt séduisant
Son costume et sa voiture montraient qu'il ne devait pas avoir de soucis financiers
Génial, un fils à papa! Je déteste ce genre de personne !
Je marchai vers lui
- Non mais vous êtes dingue ou quoi! Je lui en fis la remarque.
- Si vous m'aviez laissé passer, çà ne serait pas arrivé!
- Je rêve ou quoi? Ce n'est pas parce que Monsieur à une belle voiture, qu'il doit ce croire tout permis.
- Désolée Mlle mais je suis pressé
- Vous auriez pu me tuer, espèce de crétin, en plus téléphoner en conduisant c'est risqué, la preuve vous avez failli me foncez dedans
- Je ne savais pas qu'ici les gens étaient aussi sermonneurs !
- Je serais vous, je serai heureux que je sois de bonne humeur!

Ah! Vous êtes de bonne humeur et bien je n’aimerais pas vous voir quand vous n’êtes pas contente
Qu'est-ce que vous essayez d'insinuer? Je vous rappelle que c'est vous le fautif ici
Je regardai ma montre
Oh mon dieu!! C'est malin avec tout ça, je suis en retard!
Je me précipitai vers ma voiture et repartit
Bah! Dis donc!! Si toutes les filles de la campagne sont comme ça!
Heureusement pour moi, ce jour-là le bateau de mes parents avait du retard
Lorsque j’arrivai au port ils venaient seulement de sortir avec leurs bagages
- Maman, Papa! Ça me fait plaisir de vous voir!
Je les serrai dans mes bras
- Tu ne devais pas être là à 15h! Me fit remarquer mon père
- Si mais une espèce d'abruti sur la route a failli me tuer! Donnez-moi vos bagages
- Oh mon dieu, tu n’as pas blessait au moins me demanda ma mère anxieuse
- Mais non maman, je vais bien

Mes parents m'aidèrent à charger leurs valises dans le coffre
- Vous restez combien de temps?
-Trois semaines, on ne veut pas te déranger plus longtemps!
- Mais vous ne me dérangez pas bien au contraire. Vous me manquez-vous savez
Nous montâmes en voiture
-Et alors la librairie ça marche bien?
-Mieux que je ne le pensais, y a pas de mal de touristes, certaines personnes de la région également. Je ne regrette pas d'avoir emménagé ici
- Ton père et moi sommes contents pour toi
- Alors ma chérie, comment tu vas sinon?
- Bien papa! Je me suis même fait une amie depuis que je suis arrivée, elle s'appelle Mary, c'est la coiffeuse du village
- Ah! Et ça fait longtemps que tu le connais?
- Quatre mois pourquoi?
- Pour rien, sinon tu a un petit copain? me demanda mon père comme si cela le regardé. Non, et j'en ai pas besoin
- Ce n’est pas bon pour toi de rester seule
- Je suis assez grande pour m'occuper de moi. Je ne suis plus une gamine!! Je viens d'avoir 22 ans. Je n’ai pas besoin d'un homme pour vivre!
- Ne te fâche pas! On veut juste ton bonheur! C'est tout! Dit ma mère

Nous arrivâmes chez moi, n'habitez dans un ravissant petit cottage.
- Il est magnifique!! Tout çà c'est à toi!
- Hé oui! Maman!! Même moi j'ai du mal à le croire. Je vais vous donner l'une de nos plus belles chambres après tout vous êtes des invités privilégiés, venez je vais vous faire visiter!!
- C'est vraiment jolie! dit ma mère
-Je vais vous donner les clefs, aujourd'hui je dois aller boutique, mon assistante est malade

Je leur tendis les clefs de la maison.
- Je serais rentrez pour vingt heures trente. Promis et je suis désoler de devoir partir le jour où vous arriver mais j'ai tellement investie dans cette entreprise que je n'ai pas envie de tout faire raté.
- Ce n'ai rien, ma chérie, on te comprend me dit avec tendresse ma mère
- Oui ne t'inquiète pas, de toute manière on va visiter un peu le pays enchéri mon père
- Bon, je vous laisse alors

Je fis un rapide bisous sur la joue de ma mère et parti à ma voiture le cœur un peu plus léger à l'idée que mes parents me comprenaient et me soutenais.

II

En arrivant dans l'arrière-boutique, je fus surprise de trouver les livres par terre et mon bureau avais était fouillez de fond en comble.
Je veux appeler la police, mais je ne trouve pas le téléphone. Je fis donc le tour du bureau pour voir si il n'était pas tombé par terre et j'eus le plus grand choque de ma vie:
Mon assistante ce trouvez-là, allonger sur le sol et il y a vais beaucoup de sang par tout. J’eus un haut le cœur et fut obliger de quitter la pièce en toute vitesse sinon j'allais sûrement rendre mon petit déjeuner. Je couru jusqu'à la cabine téléphonique d'en face et appela la police.
Ils furent sur le lieu du crime quelque minute plus tard.
- Cela va allez mademoiselle? me demanda un agent de police
- Oui, de toute manière je n’ai pas le choix
- Voulez-vous, faire votre déposition tout de suite ou demain?
- Je préfère maintenant
- Bien, alors nous allons reprendre depuis le début
- Normalement je ne devais pas travaillé aujourd'hui car mes parents vienne d'arriver de France pour me rendre une visite, mais j'ai reçu ce matin un coup de téléphone sur mon répondeur du petit ami de Monica Frell qui me disait qu'elle était malade et qu'elle ne pouvez pas venir bosser.
- D'accord, donc mlle Frell ne pouvait soi-disant pas venir à son travail
- Oui, d'ailleurs en y repensant cela ma sembler bizarre car Monica ne m'avait pas parlé d'un petit copain et on était assez proche toute les deux.
- Ne vous inquiété pas, nous allons enquêter pour savoir la vérité et d'ailleurs à propos du message sur votre répondeur l'avais vous garder? me demanda le sergent
- Oui, je garde toujours mes message pendent au moins deux jours.
- C'est parfait, continuez la suite, s'il vous plaît.
- Je suis donc venu à la librairie, mais quand je suis entré je fus étonné de voir la porte de l'arrière-boutique ouverte et là j'ai vu les étagères de livres par terre et aussi que mon bureau avais était inspecter. Ensuite j'ai vu mon assistante morte et là je vous est appelé.
- Ok, je dois vous demandez si vous avez touché a quelque à la victime?
- Non, car je sais qu'il ne faut jamais toucher au corps de la victime, quand il y a eu meurtres.

- Très bien, mademoiselle Robel, vous pouvez rentrer chez vous
- Merci
- Mais tenez-vous à la disposition de la justice
- Bien sûr.

Je partie en direction de ma voiture, j'avais du mal a marcher tellement mes jambes trembler, je pris sur moi et je m’installai au volant de ma voiture et je mis quelque minute avant de pouvoir démarrer. Je n'arriver pas à croire que Monica soit morte surtout de cette manière, quel fin horrible, mais qui avais bien pu lui faire subir ça?
J'étais encore dans mes pensée, quand j'arrivai enfin chez moi, je descendu de voiture encore sur le choque de ce qui venait de se passer, je fus accueilli par Caramel mon fidèle compagnon depuis que je n'étais installer dans la région c'était un sublime lévrier écossais. Il me fit la fête mais je n'étais pas d'humeur alors je lui fis signe de la main pour qu'il aille se coucher dans sa niche et comme il était bien dresser il m'écouta de suite. Je me dirigeai vers la maison en marchant tout doucement, car j'avais peur d'avoir une nausée.
- Maman, papa vous êtes là ?
Ma mère se trouvé dans le jardin, assis sur une chaise longue et un livre en main. Elle fut surprise de me voire aussi tôt.
- Catherine, tu n'aies pas à ton travaille?
- Il s'est passé quelque chose de d'horrible à la librairie
- Assis-toi tu es tout blanche

Je fis ce que me dit ma mère et je m'assis sur la petite chaise de jardin qui se trouvait en face de la sienne.
Je mis quelque que seconde avant de pouvoir dire quoi que ce soit:
- Mon assistante Monica Frell, c'est fait assassiner dans mon bureau
- Mon dieu, c'est terrible
- Je suis complètement paniquer
- C'est compréhensive ma chérie, alors que compte tu faire ?
- Je vais fermer la boutique pendant une semaine
- Ma pauvre petite !
- Au faite il est ou Papa?
- Il est parti louer une voiture au village
- Ah d'accord. Si ça ne te dérange pas je vais dans ma chambre pour me repos
.





" Je te promets de ne jamais t'abandonner et de rester auprès de toi jusqu'à la fin de mes jours car je t'aime et je te chérie de toute mon âme. Avant toi, j'avais déjà aimé mais ce ne fut jamais comme ce que je ressens maintenant pour toi. La vie est injuste ! Quand je trouve mon âme sœur, celle qui m'est destiné et bien je ne peux pas être avec elle. Je resterais dans l'ombre mais saches que je veillerais toujours sur toi. Je t'aime Luna." Killian Wolf à Luna Anderson tome 1


Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-jacob-and-luna.skyrock.com

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum